Un Sénégal Solaire. Perspectives de recherches mai 2016

Du Soleil pour Tous !

Un Sénégal Solaire. Rencontres Dakar 2 et 3 mai 2016

SONY DSC
CERER, Centre de Recherche sur les Energies Renouvelables de Dakar, ancien Institut de Physique Météorologique, mai 2015. Photo F. Caille

« Au commencement est l’énergie, tout le reste en découle » : C’est au grand africaniste, linguiste et anthropologue Cheikh Anta Diop, dont l’Université de Dakar porte aujourd’hui le nom, que l’on doit cette remarque visionnaire dès 1960[1]. Avant d’autres, plus que d’autres, Cheikh Anta Diop, qui fut également professeur de physique et de chimie en France, plaidera en effet régulièrement pour des énergies africaines qui ne soient « pas polluantes », et que nous appellerions aujourd’hui « vertes » : énergies hydraulique, solaire, éolienne, marémotrice, « océano », « vulcano » et « géo » thermiques notamment[2]

Et c’est effectivement en matière d’énergie solaire tout particulièrement que l’Afrique de l’Ouest se distinguera durant cette période, un peu oubliée aujourd’hui, des années 1960-1980, une période qu’un ensemble de travaux de sciences sociales et d’histoire socio-technique des énergies est en train de nous faire redécouvrir.

En témoignent notamment deux noms qui seront au premier plan des Premières Rencontres Internationales Roger Decottignies (du nom du fondateur et premier doyen des Facultés de Droit de Dakar et de Chambéry) sous le titre Du Soleil pour tous. L’énergie solaire : Un Droit ? Des droits ? Une histoire ? Regards croisés France-Sénégal, rencontres qui auront lieu sur le campus de l’Université de Dakar les 2 et 3 mai 2016, et correspondront d’ailleurs à la Journée Mondiale du Soleil promue depuis quelques années par le PNUE et encore mal connue en France.

Le premier nom est celui d’Abdou Moumouni, pionnier et premier grand expérimentateur africain de l’énergie solaire dans les années 1960, dont l’Université de Niamey au Niger porte désormais le nom. Il symbolise à lui seul l’émergence d’une élite scientifique africaine qui aura son pendant au Burkina ou au Sénégal, et formera toute une génération dans le domaine d’une l’héliotechnique dont la technologie photovoltaïque est alors encore absente. Chauffe-eau solaires, séchoirs, réfrigération, pompes et moteurs solaires, sont alors au cœur des techniques maîtrisées et que mettra en avant notamment le grand congrès international Le Soleil au service de l’Humanité organisé par l’UNESCO à Paris en juin 1973.

Le second grand nom de cette période est celui de Jean-Pierre Girardier, un ingénieur français qui soutiendra le premier à la Faculté des sciences de Dakar en 1960 une thèse sur les pompes solaires thermiques, avant de fonder quelques années plus tard la SOFRETES (Société Française d’Etudes Thermiques et d’Energie Solaire).

La première pompe solaire verra le jour avec le soutien du CNRS à l’Institut de Physique Météorologique de Dakar en 1963 (ci-dessous).

SONY DSC
Pompes solaires expérimentales, Dakar, 1963, Archives Personnelles Jean-Pierre Girardier
SONY DSC
Pompes solaires expérimentales, Dakar, 1963, Archives Personnelles Jean-Pierre Girardier

Quant à la SOFRETES, encore peu étudiée, et dont témoignent les images qui suivent, c’est l’histoire d’une société d’économie mixte lancée en 1973 avec le soutien de l’ANVAR et de SOFINNOVA à laquelle participeront à partir de 1975 le CEA, Renault et Total–CFP, et plus tard Alsthom.SENEGAL 1975_76 Pompe campagne 1(Sénégal, Diagle, 1975, ci-dessus et ci-dessous,  Archives JP Girardier)

SENEGAL 1975_76 Pompe campagne 2

bakel senegal 1981 fleuve et batiments 1

(Sénégal, Bakel 1981, Archives JP Girardier)

La SOFRETES réalisera jusqu’à sa disparition en 1983, principalement en Afrique mais également au Mexique et au Moyen-Orient, ainsi qu’en partenariat pour une dizaine de cas en France, plus de 90 installations solaires thermodynamiques, dont certaines de grande ampleur.

Les rencontres des 2 et 3 mai prochain à Dakar, auxquelles participera Jean-Pierre Girardier en tant que Grand Témoin, permettront d’aller plus loin dans la connaissance de cette histoire de coopération inédite, une histoire franco-africaine croisée dont l’importance n’est pas mince à l’heure où la production de scénarios et de visions d’avenir est plus que jamais à l’agenda de la recherche sur l’énergie[3]

Frédéric Caille

[1] DIOP Cheikh Anta, Les fondements économiques et culturels d’un Etat fédéral d’Afrique Noire, Paris-Dakar, Présence Africaine, 1960 et 1974, p. 7.

[2] Ibid., p. 72, note 9.

[3] Pour une mise au point récente, qui souligne l’importance de « l’analyse diachronique » et de la prise en compte des « options orphelines », ou des « signaux faibles » en matière d’innovation énergétique : LABUSSIERE Olivier et NADAÏ Alain (dir.), L’énergie des sciences sociales, Paris, Alliance Athena, 2015. Disponible gratuitement en ligne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *