2019 : une autre HISTOIRE éNERGéTIQUE commence à s’écrire !

A toutes et tous, de Paris et de Province, Afrisol et l’association PHESO envoient leurs meilleurs voeux solaires pour 2019 !

Depuis le jeudi 13 décembre dernier, un petit sentier alternatif aux grands récits des autoroutes énergétiques fossiles est devenu incontournable lors de tout séjour bref ou prolongé dans la capitale…

Sur le chemin d’un meilleur futur… dans la partie énergies renouvelables du Musée des Arts et Métiers à Paris
De gauche à droite : modèle d’éolienne – maquette solaire Sofretes – modèle d’un des premiers panneaux photovoltaïques français – maison bioclimatique 

Ce petit chemin conte l’histoire des premières hydro-pompes solaires commercialisées à partir du Sénégal en 1976 par Jean-Pierre Girardier et la Sofretes.

Il se trouve bien entendu au Musée des Arts et Métiers, second étage, à la confluence des galeries des « Transports » et « Energie », là où  la maquette réalisée par l’association PHESO se trouve aujourd’hui, en regard des grandes centrales électriques à énergies fossiles…

Et elle possède bien entendu son propre «  dossier documentaire » sur le site du Musée : https://catalogue.cnam.biblibre.com/cgi-bin/koha/opac-search.pl?idx=&q=pompe+solaire

La maquette de la station de pompage solaire Sofretes de Medina Dakhar (1976) à droite.
A gauche, la centrale électrique thermique.

Marie-Noëlle Girardier, membre du bureau de l’association PHESO, a exprimé durant l’inauguration l’esprit qui a présidé aux avancées qu’évoquent la maquette.

«  Faire sortir l’eau pour la mettre à la portée des villageois du Niger, du Mali, du Sénégal, du Mali, du Burkina, de la Mauritanie : l’enjeu technique, l’enjeu humanitaire allaient donner du sens à cette petite entreprise qu’était la Sofretes…

Jean-Pierre avait su communiquer sa passion tant pour l’énergie solaire que pour le développement…

L’ambiance était toujours survoltée à la Sofretes, il fallait aller toujours plus vite, améliorer les performances du moteur en fonction des besoins des populations…

Ce fut une belle aventure humaine riche de convictions. »

Allocution de Me Girardier, 13 décembre 2018

«  Des souvenirs et des dizaines d’heures de travail »…

Marc-Jacquet Pierroulet, trésorier de l’association PHESO, et l’un des premiers techniciens de la Sofretes, après avoir été un collaborateur d’Abdou Moumouni-Dioffo, l’un de ceux qui se rendirent le plus régulièrement sur le terrain, a évoqué lui-aussi la réalisation de la maquette.

Allocution de Marc Jacquet-Pierroulet 13 décembre 2018

« Ce que nous faisons aujourd’hui, cette inauguration, c’est à la fois un aboutissement et un début »…

a rappelé enfin pour sa part Frédéric Caille, en tant que président de l’association PHESO, qui a financé et réalisé la maquette.

«  Un aboutissement car … à certains égards, et Jean-Pierre le savait, cette entrée de la Sofretes, de son travail aussi, cette entrée d’une part essentielle de sa vie, de ses convictions, dans ce musée, c’était une forme de reconnaissance, de reprise sur un passé qui avait pu être, aussi, difficile, et un peu douloureux…

Ce passé était le sien, il était aussi celui de Marie-Noëlle … mais ce passé, c’est aussi un peu le nôtre… en ce sens qu’il a marqué le délaissement des énergies renouvelables, et en premier lieu du solaire, au moment-même où elles émergeaient…

A la fin des années 1970… 30 ans, 40 ans de perdus… on comprend que l’aboutissement de cette maquette a aussi, qu’on le veuille ou non, un goût un peu amer…

Mais… et c’est pourquoi cet aboutissement est aussi un début, cette maquette n’est qu’une étape… une première pierre… une station expérimentale, encore une fois, dans quelque chose qui reste à poursuivre…

Car… il y a d’autres maquettes… d’autres objets… d’autres dispositifs solaires… qui frappent à l’entrée de la chapelle… des galeries des Arts et Métiers…

Ils frappent avec les jeunes générations, avec nos enfants… pour apprendre autre chose que la vie de Monsieur Watt, de Monsieur De Dion Bouton, quel que soit le respect que l’on doit à ces personnes par ailleurs…

La maquette de la grande centrale solaire de Diré… les plans et les maquettes des travaux des époux Jeanne-Marie et Georges Alexandroff, pionniers de l’architecture solaire…  les premiers dispositifs photovoltaïques… il y en a encore des objets à faire entrer au Musée des Arts et Métiers ! … pour construire une autre histoire énergétique… une histoire délivrée des énergies fossiles… qui nous empoisonnent…

Et même… il y a encore le vrai moteur MGS 2000 à sauver… à préserver sur place, en Afrique, là où il est encore… et à ramener en un exemplaire aussi, ici… car un jour, ce moteur… il vaudra symboliquement autant… sinon plus… que celui de Monsieur De Dion Bouton, déjà cité…

Et puisque l’Afrique est ici présente avec Monsieur l’Ambassadeur du Sénégal… il faut quand même le dire… ce qui fait la force, l’intérêt, le caractère totalement précurseur du travail de la Sofretes et de Jean-Pierre Girardier… c’est bien entendu ce lien avec l’Afrique, sub-saharienne… et notamment avec le Sénégal… car il n’y a pas une histoire des énergies renouvelables en Afrique… et une en Europe ou en Occident… Il n’y en a qu’une.

Et cette maquette le rappelle… espérons-le pour longtemps… et pour les nouvelles générations… pour qu’elles comprennent… et en tirent toutes les conséquences… pour le bien et l’épanouissement de l’humanité. »

Allocution de Frédéric Caille 13 décembre 2018

Puisse 2019 permettre de continuer cette aventure solaire !

A venir bientôt, un résumé de la riche conférence-débat qui précéda cette inauguration !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.