des héros SOLAIRES pour 2020 : bonne année Augustin Mouchot !

Plus que jamais, Afrisol souhaite placer ses voeux pour une belle et solaire année 2020 sous le patronage d’Augustin Mouchot, le premier innovateur et concepteur moderne du domaine de l’énergie solaire, un héros oublié pour notre brûlante planète. 

Jean-Pierre Girardier est l’une des seules personnes que nous ayons rencontré qui comprenait vraiment l’importance du travail d’Augustin Mouchot. Beaucoup mieux que les rares historiens de l’énergie ou physiciens qui mentionnent son nom en passant. Il le comprenait  en praticien, en ingénieur hétérodoxe et passionné, en ami du continent le plus ensoleillé au monde.

Et il savait qu’Augustin Mouchot était l’inconnu le plus important de notre époque. 

Jean-Pierre Girardier n’était pas un historien des sciences. Mais il disait souvent que toute histoire de son travail et de celui de la Sofretes devrait commencer par Augustin Mouchot, le premier à avoir tout montré, tout compris.

Augustin Mouchot débute ses recherches en 1860. Un an plus tard il pose le premier brevet concernant l’énergie solaire, une merveille d’explication des effets techniques et sociaux de l’une des plus simples applications du rayonnement solaire : de l’air confiné dans une boule à moitié remplie d’eau se dilate sous les doigts de Phébus et, par compression, par un clapet, se crée une aspiration…

Le pompage et l’élévation solaires de l’eau pourraient changer l’avenir des pays du soleil”, écrira-t-il huit ans plus tard dans La Chaleur solaire et ses application industrielles, le premier des grands livres sur l’énergie la plus propre et la plus abondante de notre planète.

Personne, pourtant, n’a souhaité son anniversaire de publication à Augustin Mouchot en 2019.

Personne n’a mesuré qu’il y a un siècle et demi exactement s’inventait le remède de nos fièvres, et même un préventif.

En 2020, Afrisol, par un projet éditorial en cours, espère y contribuer enfin, nous y reviendrons bientôt.

Car, s’intéresser à Augustin Mouchot, peu l’ont saisi aussi bien que Jean-Pierre Girardier, ce n’est pas se retourner vers le passé. C’est comprendre une solution qui pourrait jouer un rôle dans l’avenir, c’est réfléchir sur un oubli et ses causes.

Car nous pouvons faire quelque chose.

Chacun à notre niveau, comme l’a écrit le journaliste d’investigation Nathaniel Rich  dans l’un des livres les plus importants de 2019 (Perdre la terre. Une histoire de notre temps, Le Seuil), où il révèle preuves à l’appui l’action désinformatrice résolue et continue depuis 30 ans des lobbys des énergies fossiles en matière de négation du réchauffement climatique.

Nous pouvons faire quelque chose et pas seulement baisser le thermostat, ni trier les déchets.

Nous devons « appeler par leur nom les menaces qui pèsent sur notre avenir commun » .

Nous devons «  désigner les méchants comme des méchants, les héros comme des héros, les victimes comme des victimes, et nous-mêmes comme des complices » (p. 278, dernières phrases du livre). 

C’est une autre vision, dans la société, les médias, la recherche, l’université, qui devrait se faire jour.

En 2020, nous avons besoin de héros solaires.

Augustin Mouchot, après s’être cramé les yeux et bousillé les oreilles durant sa mission officielle de recherches solaires en Algérie, obtient ses droits à la retraite de l’Instruction Publique à 55 ans.

Il comptait 34 ans et 8 mois de services universitaires.

Il décédera 32 ans plus tard, dans la misère.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.