À propos

Le carnet a deux objectifs principaux.
Le premier est de susciter un intérêt et une communauté de recherches sur le thème des « utopies énergétiques », et en particulier de « l’utopie énergétique solaire » en Afrique. Le terme « d’utopie énergétique » ne vise pas à désigner des perspectives totalement fantaisistes ou irréalisables, mais en l’occurrence des technologies de concentration solaire parfaitement fonctionnelles dès les travaux, au moins, du pionnier français du solaire moderne Augustin Mouchot (auteur en 1869 de La chaleur solaire et ses applications industrielles). Ces technologies peuvent être qualifiées « d’utopiques » d’abord au sens où elles sont restées largement « virtuelles », c’est-à-dire qu’elles ne se sont pas vues développées massivement, du moins jusqu’à nous, et qu’après un premier soutien de l’Etat français, elle se sont trouvées abandonnées dès les années 1880, puis sont demeurées assez marginalement expérimentées par la suite (notamment dans les années 1960-1980 par Jean-Pierre Girardier et la SOFRETES). Mais ces technologies méritent également le qualificatif « d’utopiques » au sens où elles ont été généralement associées par ailleurs à des perspectives sociopolitiques plus larges (autonomie énergétique, décentralisation, appropriation populaire ou transfert Nord-Sud de la technologie, gratuité, etc.), c’est-à-dire des pensées et projets qui, dès le 19e siècle, posent quelques-unes des questions énergétiques fondamentales qui sont encore les nôtres, et qui les posent surtout comme des questions proprement politiques (nature et épuisement à terme des énergies fossiles, possibilités d’industrialisation et de développement des pays du sud, gratuité et innocuité environnementale de l’énergie solaire, etc.).
Le second objectif du carnet est de diffuser des résultats et de mettre à disposition de la société civile africaine d’aujourd’hui, et notamment de la jeunesse, un début d’histoire énergétique alternative du continent, afin que cette jeunesse puisse y travailler, l’enrichir, y réfléchir et en tirer, peut-être, arguments et inspirations pour l’avenir. Parce que maîtriser le passé est une manière d’imaginer et de construire le futur, et qu’en matière énergétique, aussi, l’histoire ne doit pas être écrite seulement du point de vue des « vainqueurs », c’est-à-dire des options et des choix géopolitiques qui ont triomphé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *