Tous les articles par Frédéric Caille

Abdou Moumouni Dioffo : bien plus que le soleil !

Comment peut-on, la même année, 1964, faire paraître le premier article de synthèse, toujours d’actualité, sur « l’énergie solaire dans les pays africains », et l’ouvrage de référence, toujours lui aussi particulièrement saisissant, L’éducation en Afrique, dans la collection «textes à l’appui», chez François Maspero ? 

Comment peut-on, 55 ans plus tard, avoir toujours autant raison ? Dans l’un et l’autre domaine : sur l’énergie pour tous, propre et inépuisable ; sur l’éducation pour tous, gratuite et émancipatrice.


Peut-être parce que les deux domaines ne sont pas si différents pour qui se préoccupe, comme l’aura fait toute sa vie Abdou Moumouni Dioffo, dès cette aurore des indépendances, d’une véritable «émergence» des pays subsahariens. Une émergence humaine et technologique (et non seulement quelques centrales solaires étrangères) ; une émergence humaine et sociale (et non la sortie du pays de ses meilleurs jeunes cerveaux, faute de volonté politique, de laboratoires et de structures adaptées).


A toutes celles et ceux qui douteraient de la pertinence visionnaire, dès 1964, du professeur de physique Abdou Moumouni Dioffo, et de la grande cohérence, plus rare encore, de sa réflexion, Afrisol est particulièrement heureux de pouvoir proposer désormais les deux rééditions, en accès libre intégral, de ses deux grands textes :

– L’énergie solaire dans les pays africains,article paru dans la revue Présence africaine, 1964, et dont on trouve depuis l’année dernière la réédition dans Abdou Moumouni Dioffo. Le précurseur nigérien de l’énergie solaire, 2018 : https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/abdoumoumouni/chapter/46/

– L’éducation en Afrique, ouvrage de 400 pages, paru en 1964, réimprimé dès 1967, et le plus souvent introuvable depuis lors, malgré une réédition de quelques centaines d’exemplaires financée par l’UNESCO en 1998 :  https://www.editionscienceetbiencommun.org/?p=1036#

Abdou Moumouni Dioffo, responsable en 1973 de la section conversion thermodynamique de l’énergie solaire au sein de la grande conférence internationale de l’UNESCO « Le soleil au service de l’humanité », a été l’un des meilleurs spécialistes du domaine solaire de son époque.

Abdou Moumouni Dioffo, premier agrégé de physique issu de l’Afrique subsaharienne, enseignant de lycée à Dakar, Conakry, Niamey, enseignant-chercheur à Bamako, Niamey, Perpignan, a été l’un des grands universitaires de son époque. Il est aussi un grand penseur de l’éducation, en Afrique comme ailleurs.

Puisse chacune et chacun se ressourcer, à sa lecture, de « l’énergie humaine » si nécessaire à notre époque !

2019 : une autre HISTOIRE éNERGéTIQUE commence à s’écrire !

A toutes et tous, de Paris et de Province, Afrisol et l’association PHESO envoient leurs meilleurs voeux solaires pour 2019 !

Depuis le jeudi 13 décembre dernier, un petit sentier alternatif aux grands récits des autoroutes énergétiques fossiles est devenu incontournable lors de tout séjour bref ou prolongé dans la capitale…

Sur le chemin d’un meilleur futur… dans la partie énergies renouvelables du Musée des Arts et Métiers à Paris
De gauche à droite : modèle d’éolienne – maquette solaire Sofretes – modèle d’un des premiers panneaux photovoltaïques français – maison bioclimatique 

Ce petit chemin conte l’histoire des premières hydro-pompes solaires commercialisées à partir du Sénégal en 1976 par Jean-Pierre Girardier et la Sofretes.

Il se trouve bien entendu au Musée des Arts et Métiers, second étage, à la confluence des galeries des « Transports » et « Energie », là où  la maquette réalisée par l’association PHESO se trouve aujourd’hui, en regard des grandes centrales électriques à énergies fossiles…

Et elle possède bien entendu son propre «  dossier documentaire » sur le site du Musée : https://catalogue.cnam.biblibre.com/cgi-bin/koha/opac-search.pl?idx=&q=pompe+solaire

La maquette de la station de pompage solaire Sofretes de Medina Dakhar (1976) à droite.
A gauche, la centrale électrique thermique.

Marie-Noëlle Girardier, membre du bureau de l’association PHESO, a exprimé durant l’inauguration l’esprit qui a présidé aux avancées qu’évoquent la maquette.

«  Faire sortir l’eau pour la mettre à la portée des villageois du Niger, du Mali, du Sénégal, du Mali, du Burkina, de la Mauritanie : l’enjeu technique, l’enjeu humanitaire allaient donner du sens à cette petite entreprise qu’était la Sofretes…

Jean-Pierre avait su communiquer sa passion tant pour l’énergie solaire que pour le développement…

L’ambiance était toujours survoltée à la Sofretes, il fallait aller toujours plus vite, améliorer les performances du moteur en fonction des besoins des populations…

Ce fut une belle aventure humaine riche de convictions. »

Allocution de Me Girardier, 13 décembre 2018

«  Des souvenirs et des dizaines d’heures de travail »…

Marc-Jacquet Pierroulet, trésorier de l’association PHESO, et l’un des premiers techniciens de la Sofretes, après avoir été un collaborateur d’Abdou Moumouni-Dioffo, l’un de ceux qui se rendirent le plus régulièrement sur le terrain, a évoqué lui-aussi la réalisation de la maquette.

Allocution de Marc Jacquet-Pierroulet 13 décembre 2018

« Ce que nous faisons aujourd’hui, cette inauguration, c’est à la fois un aboutissement et un début »…

a rappelé enfin pour sa part Frédéric Caille, en tant que président de l’association PHESO, qui a financé et réalisé la maquette.

«  Un aboutissement car … à certains égards, et Jean-Pierre le savait, cette entrée de la Sofretes, de son travail aussi, cette entrée d’une part essentielle de sa vie, de ses convictions, dans ce musée, c’était une forme de reconnaissance, de reprise sur un passé qui avait pu être, aussi, difficile, et un peu douloureux…

Ce passé était le sien, il était aussi celui de Marie-Noëlle … mais ce passé, c’est aussi un peu le nôtre… en ce sens qu’il a marqué le délaissement des énergies renouvelables, et en premier lieu du solaire, au moment-même où elles émergeaient…

A la fin des années 1970… 30 ans, 40 ans de perdus… on comprend que l’aboutissement de cette maquette a aussi, qu’on le veuille ou non, un goût un peu amer…

Mais… et c’est pourquoi cet aboutissement est aussi un début, cette maquette n’est qu’une étape… une première pierre… une station expérimentale, encore une fois, dans quelque chose qui reste à poursuivre…

Car… il y a d’autres maquettes… d’autres objets… d’autres dispositifs solaires… qui frappent à l’entrée de la chapelle… des galeries des Arts et Métiers…

Ils frappent avec les jeunes générations, avec nos enfants… pour apprendre autre chose que la vie de Monsieur Watt, de Monsieur De Dion Bouton, quel que soit le respect que l’on doit à ces personnes par ailleurs…

La maquette de la grande centrale solaire de Diré… les plans et les maquettes des travaux des époux Jeanne-Marie et Georges Alexandroff, pionniers de l’architecture solaire…  les premiers dispositifs photovoltaïques… il y en a encore des objets à faire entrer au Musée des Arts et Métiers ! … pour construire une autre histoire énergétique… une histoire délivrée des énergies fossiles… qui nous empoisonnent…

Et même… il y a encore le vrai moteur MGS 2000 à sauver… à préserver sur place, en Afrique, là où il est encore… et à ramener en un exemplaire aussi, ici… car un jour, ce moteur… il vaudra symboliquement autant… sinon plus… que celui de Monsieur De Dion Bouton, déjà cité…

Et puisque l’Afrique est ici présente avec Monsieur l’Ambassadeur du Sénégal… il faut quand même le dire… ce qui fait la force, l’intérêt, le caractère totalement précurseur du travail de la Sofretes et de Jean-Pierre Girardier… c’est bien entendu ce lien avec l’Afrique, sub-saharienne… et notamment avec le Sénégal… car il n’y a pas une histoire des énergies renouvelables en Afrique… et une en Europe ou en Occident… Il n’y en a qu’une.

Et cette maquette le rappelle… espérons-le pour longtemps… et pour les nouvelles générations… pour qu’elles comprennent… et en tirent toutes les conséquences… pour le bien et l’épanouissement de l’humanité. »

Allocution de Frédéric Caille 13 décembre 2018

Puisse 2019 permettre de continuer cette aventure solaire !

A venir bientôt, un résumé de la riche conférence-débat qui précéda cette inauguration !

L’énergie solaire au Musée des Arts et Métiers : entrée d’une maquette de station de village de la Sofretes

Afrisol est très heureux d’annoncer la concrétisation du projet de l’association PHESO (Promotion et Histoire de l’Energie Solaire), dont il a été rendu compte sur ce blog. 

Jean-Pierre Girardier, pour des raisons d’abord pédagogiques et de sensibilisation, tenait à ce projet. Il y avait activement contribué avant sa brusque disparition, il y a tout juste un an.

Cette maquette va en effet permettre de faire découvrir à toutes et tous, et surtout aux jeunes générations, les possibilités bien réelles et déjà anciennes d’utilisation active (et notamment ici mécaniques) de l’énergie solaire.

L’association PHESO, en partenariat avec la direction du Musée des Arts et Métiers de Paris, inaugurera donc

ce jeudi 13 décembre 2018 à 19 h

la maquette de la station de village de Medina Dakhar (1976).

Entrée libre, venez nombreuses et nombreux ! 

On trouvera ici, dans le dossier documentaire du musée, un descriptif complet de la maquette, des brevets associés, photographies… : 

https://drive.google.com/file/d/1cFkfDBKHdhH3x8FMf6FMmd_Ea-BBpnXv/vi

Par ailleurs, jeudi 13 décembre, dès 14h, une conférence-débat sur l’histoire de la Sofretes et les enjeux d’une autre histoire énergétique, pour l’avenir, sera ouverte à toutes et tous : 

Venez nombreuses et nombreux ! 

Retrofutur solaire : la Sofretes et le solaire thermodynamique commencent à sortir de l’ombre !

Connaître et faire connaître l’histoire des énergie renouvelables, telle est du moins la conviction d’Afrisol, est une nécessité et une urgence chaque jour plus incontournables.

Le passé énergétique détient en effet les clefs du futur qui peut permettre à l’humanité de survivre et de sortir des énergies fossiles :

  • Des clefs techniques, sinon toujours directement utilisables, du moins souvent très stimulantes ;
  • Des clefs sociales et politiques, sans lequel le chemin de mise en place du monothéisme énergétique fossile actuel demeure largement indéchiffrable.

L’histoire de l’énergie solaire thermodynamique en Afrique contient à ce titre plus que des anecdotes et il s’y trouve, à n’en pas douter, des enseignements déterminants pour l’avenir…

 Aussi, dans cette perspective, Afrisol est heureux de pouvoir signaler deux parutions :

1 – Tout d’abord le livre édité par le collectif Paléoénergétique, qui contient 4 pages consacrés aux travaux d’Abdou Moumouni Dioffo et de la Sofretes. A acheter et offrir sans modération : 

Rétrofutur. Une contre-histoire des innovations énergétiques, Paris, Libella – Buchet Chastel, sept. 2018 http://www.buchetchastel.fr/retrofutur–collectif-9782283031919

2 – Ensuite un article de synthèse, dont Afrisol espère pouvoir bientôt offrir une version gratuite en ligne mais qui est déjà disponible en version papier ou sur le site de l’éditeur : 

“ L’énergie solaire thermodynamique en Afrique. La Société française d’études thermiques et d’énergie solaire, ou Sofretes (1973-1983) ”, Afrique Contemporaine, n° 261-262, numéro spécial « L’énergie en Afrique : les faits et les chiffres », 2017/1 (parution 4èmetrimestre 2018), pp. 65-84. http://www.afrique-contemporaine.info/articles/2017-1-l-energie-solaire-thermodynamique-en-afrique/ et sur la plateforme Cairn



Les parutions à ne pas manquer !

Pour ceux qui ne l’ont pas fait encore, il faut sans tarder se rendre sans tarder sur le site des éditions science et bien commun !

https://www.editionscienceetbiencommun.org

Vous pourrez y découvrir en ligne intégralement,

et également commander en version papier

(pour une somme modique et soutenir la suite de nos activités, telle la maquette !)

les deux ouvrages récents :

Du soleil pour tous final.compressed

et

Couverture Moumouni def

N’hésitez plus !

 

 

 

Avril 2018 : le plein d’actualités solaires !

Afrisol continue ses activités et la prolongation des travaux de Jean-Pierre Girardier.

Le site est partenaire de l’association PHESO (Promotion et Histoire de l’Energie Solaire) qui est en train de réaliser deux maquettes au 12e de la première pompe solaire SOFRETES installée dans un village, à Medina Dakhar, au Sénégal, en 1976.

Une maquette ira au prestigieux Musée des Arts et Metiers à Paris.

L’autre ira au Sénégal et sera exposée à Dakar.

Aidez l’association à finir ce magnifique projet, déjà bien engagé !

https://www.kisskissbankbank.com/une-maquette-solaire-au-musee-des-arts-et-metiers-a-paris

(Et sinon écrivez-nous sur le site nous transmettrons)

Par ailleurs, à paraître le 19 avril, à Dakar (et en France sur demande sur ce site) :

Du soleil pour tous final.compressed

 

 

Jean-Pierre Girardier

 

Jean-Pierre Girardier le 17 octobre 2017

Jean-Pierre Girardier est parti le dimanche 26 novembre.

Mais sa mémoire et son travail sont toujours vivants. Plusieurs projets sont en cours pour les préserver et les valoriser. Afrisol en rendra compte prochainement.

Son exemple demeure une invitation permanente à faire notre possible pour fournir l’eau et une source d’énergie propre à toutes les populations de notre planète.

Et notamment à celles de l’Afrique subsaharienne qu’il aimait tant.

https://www.fac-droit.univ-smb.fr/fr/2017/11/hommage-a-jean-pierre-girardier-pionnier-du-developpement-de-lenergie-solaire-thermique-en-afrique/

 

Solaire Made In Africa – Projection exceptionnelle

Afrisol – L’Afrique solaire est très heureux de pouvoir annoncer et s’associer à

une projection exceptionnelle

du documentaire très récent (sorti en mars 2017) du réalisateur nigérien Malam Saguirou.

Ce documentaire retrace l’activité de précurseur et de pionnier de l’énergie solaire, en Afrique et dans le monde, du professeur Abdou Moumouni Dioffo, avec lequel a travaillé Jean-Pierre Girardier et la Sofretes.

Solaire Made In Africa

Projection-débat en présence du réalisateur !

Affiche du documentaire

Jeudi 21 septembre 2017 

FACULTE DE DROIT DE CHAMBERY

Université Savoie Mont Blanc  – Domaine Universitaire Jacob Bellecombette

amphi A3

13h30-15h30

Entrée libre

 

Les journées de Dakar 2016 sur le site du Monde Afrique et à la télé !

Sous le titre « Retour vers le futur, ou l’histoire oubliée du solaire au Sénégal », le site d’information du journal Le Monde, «  Le Monde Afrique » , a publié ce vendredi 24 mars 2017 dans la rubrique « Récit » un beau reportage multimédia d’Alexandre Mouton, journaliste indépendant qui avait suivi les premières Rencontres Internationales Roger Deccotignies organisées à Dakar les  2 et 3 mai 2016.

Nous vous invitons à vous y reporter !

Retour vers le futur, ou l’histoire oubliée du solaire au Sénégal

Une présentation très claire présentation de ce reportage et de l’histoire de la Sofretes au Sénégal a également été faite dans le JT Afrique de TV5 Monde jeudi 30 mars. Elle dure 3 minutes et commence ici à 14,25 minutes !

http://information.tv5monde.com/les-jt/afrique

Bonne Année solaire 2017 !

Le site Afrisol se renouvelle et devrait se développer mieux et plus en 2017 !

Divers projets sont en cours qui concernent l’histoire de la Sofretes, la publication des actes des  Journées d’études de Dakar des 2 et 3 mai 2016 « Droit et histoire de l’énergie solaire France-Sénégal ».

Du nouveau bientôt !

On peut signaler aussi cette intervention à venir de F. Caille, le 20 janvier 2017:

https://www.bm-lyon.fr/spip.php?page=article&id_article=3406&source=&event_id=2214&source=&date_id=5205&event_id=2214

Conférence / débat – Environnement – tous publics : Sortir des pensées (et des carburants) fossiles ? Nouvelle(s) citoyenneté(s) et sensibilisation(s) aux enjeux des énergies renouvelables

Le vendredi 20 janvier de 18h30 à 20h30 – bibliothèque de la Part-Dieu

Pourquoi ne parle-t-on jamais des premiers innovateurs en matière d’énergie solaire, que ce soit dès la fin du 19e siècle ou dans les années 1960-1970 ? Pourquoi n’enseigne-t-on pas leurs histoires, leurs surprenantes réalisations, et cela est-il sans liens avec nos difficultés globales à imaginer un avenir hors de la voie des énergies fossiles ? Pourquoi ne parle-t-on jamais des premiers innovateurs en matière d’énergie solaire, que ce soit dès la fin du 19e siècle ou dans les années 1960-1970 ? Pourquoi n’enseigne-t-on pas leurs histoires, leurs surprenantes réalisations, et cela est-il sans liens avec nos difficultés globales à imaginer un avenir hors de la voie des énergies fossiles ? C’est sur la base de ces deux questions qu’un chercheur en sciences sociales et que l’association Loire en Transition invitent à venir réfléchir sur le rôle des imaginaires et des savoirs en matière énergétique. Cette rencontre permettra d’évoquer des expériences originales de sensibilisation diverses questions aujourd’hui déterminantes : Pourquoi la question énergétique apparaît-elle toujours et seulement comme une « prérogative d’expert-e-s » ? Les citoyen-ne-s ordinaires ne peuvent-ils-elles avoir des compétences en la matière, des idées, des capacités de choix ? L’énergie solaire n’est-elle pas, comme annoncée désormais, la grande énergie du futur ? Mais sous quelle forme ? Le débat permettra d’envisager de nouvelles manières de changer les choses et d’interroger plus largement le rapport des citoyen-ne-s à l’environnement, l’opposition entre celles et ceux désigné-e-s comme expert-e-s et les citoyen-ne-s qui veulent faire valoir des compétences et des choix.

Entrée libre dans la limite des places disponibles
bibliothèque de la Part-Dieu30 Boulevard Marius Vivier Merle – 69003 Lyon
Renseignement
04 78 62 18 00

 

Une vidéo de Jean-Pierre Girardier en 1980

Video Girardier Sofretes 1980

Il est des images que l’on peut hésiter à montrer, tant elles sont touchantes, sinon poignantes, tant elles nous questionnent et interpellent à distance.

Celles que l’on verra en suivant le lien ci-dessus ou en cliquant ci-dessous nous replongent il y a presque trente ans, dans les dernières semaines de l’aventure de la Sofretes, entreprise pionnière du solaire dont le présent site s’efforce notamment de contribuer à écrire l’histoire.

En une petite quinzaine de minutes on en aura ici un premier aperçu.

Les personnes qui ont vu Jean-Pierre Girardier lors des Rencontres Internationales Roger Decottignies de Dakar en mai 2016 seront sans doute plus sensibles encore à ces images.

Voir la vidéo ici :

 

Premier compte-rendu des Journées de Dakar des 2 et 3 mai 2016

Vous trouverez ci-dessous une première évocation de nos journées des 2 et 3 mai 2016, qui furent de l’avis de tous une belle réussite et dont nous travaillons déjà à la restitution plus formelle (publication papier/en ligne).

Avec des images notamment sous « galerie photo » :

Article : 1ère édition des Rencontres Internationales Roger Decottignies

Dans une version très légèrement différente, avec article téléchargeable :

http://www.fac-droit-savoie.fr/index.php?page=321#ART199

Et directement ici pour la galerie photos/diaporama avec légendes (merci à S. Pardoën de l’USMB) :

https://www.youtube.com/watch?v=3gL76tu5XnI

 

F. Caille